Archive pour décembre, 2012

BRAVO

Bravo à l’équipe nationale de foot  qui a su remonté la grande difficulté où on l’a fourrée lors de la CAN 2012. Dans le match amical contre le Burkina Fasso qui n’est pas toujours facile à jouer, les joueurs nationaux engagés dans la partie n’ont pas démérité. Ils ont bien démontré qu’ils peuvent relever le défi à nouveau, surtout les locaux qui ont prouvé qu’ils ont leurs places à coté des pros.  Bravo aussi à l’entraineur qui – cette fois- à comprit la leçon et a montré que lui  aussi à quelque chose en ventre.  Le seul conseil qu’on peut lui donner c’est être  seul maitre de son groupe et ne laisser aucun autre s’ingérer entre lui et son équipe afin de préserver le mental des troupes au top niveau. Il sait maintenant que quand il ya le pain sur la planche ; les mouches sont là mais quand il ya échec lui seul porte le chapeau et paie les peaux cassés ainsi que son groupe. Il sait aussi que le public marocain n’a pas la maturité nécessaire à comprendre les choses exactement comme ils sont et il doit ne pas prêter attention à ce qu’on dit et se concentrer sur son travail et éliminer tous les facteurs nuisibles. Il sait maintenant qu’il ne peut s’appuyer que sur des joueurs en forme et sains de corps et d’esprit. Enfin il sait maintenant qu’il ne peut plus avoir confiance en aucun car la plus part des responsables mangent avec les loups et pleurent avec le berger…

Alors monsieur Eric Gerets secoue toi les puces et nous sommes tous avec toi !

BOTOLA

Notre Botola fait des merveilles cette année. On commence à assister à des matchs de qualité ; on retrouve le plaisir de suivre nos équipes dans leurs périples, de les encourager à remporter les titres. Ceci est une vérité que seules  ceux qui refusent de voir ignorent.

C’est une avancé malgré la nuisance d’autres facteurs qui sont d’ordre matériel et structural qui fait que nos équipes n’arrivent même pas à payer les salaires d’une façon régulière. Mais sur le plan technique, la Botola est bien la première dans son continent et le joueur marocain local commence à faire parler de lui. Après ce bref constat la question qui se pose est :

Pourquoi les responsables de l’équipe nationale continue à chercher midi à quatorze heures ?

Secouez vous vos puces et rentrez dans vos niches…

لمادا زمبيا؟

لماذا زمبيا ؟

استطاع الفريق الزمبي احراز كأس أمم افريقيا عن جدارة واستحقاق وأثبت عكس التكهنات. غير أن المهم في هذا الانجاز هي الرسالة المشفرة  المرسلة الى من يهمهم الأمر في مختلف اصقاع  » ماما إفريقيا رسالة واضحة مفادها انه لا بديل عن اللاعب المحلي. لقد رفع الفريق الزمبي راية بلاده عالية لأنه كان مبنيا- في قاعدته الأساسية- على اللاعبين المحليين الذين يزاولون في البطولة المحلية, أضيف اليهم قلة من المحترفين البارزين في أنديتهم.

لا يوجد في الفريق لاعبون مصابون ولا عائدون من الاصابة.

لا يوجد في الفريق لاعبون ناقصوا الجاهزية.

لا وجود للنجوم في الفريق.

لا وجود لأكثر من اللازم في الطاقم التقني.

بالتالي أصبحت مهمة المدرب واضحة ألمعالم تسطير مخطط عمل كفيل بإيصاله الى الهدف المنشود لأنه يستطيع لم شمل غالبية الفريق في ظرف وجيز جدا ويباشر استعداداته حسب تخطيطه. عوض ذلك الفرق الأخرى اعتمدت على نجومها من المحترفين مائة في المائة ولكنها أقصيت الواحدة تلو الأخرى. من الصعب جدا تسيير وتدريب هؤلاء النجوم لأن هامش المناورة لدى المدرب يصبح منعدما وتجعله يبرمج المعسكرات ويباشر ألاستعدادات على قلتها- بارتجالية لا يأتي من وراءها إلا النكسات والانهزامات والإقصاء المبكر. هذه فرق تعيش مشكلا عويصا على صعيد دينامية الجماعة التي تتطلب أشخاصا واعين بالمسئوليات لهم من الكفاءات التقنية والمعنوية ما يكفي لتحقيق الهدف.

مرة أخرى نهنئ الفريق والشعب الزمبي على هذا الفوز المستحق ونشكرهم على رفع هامة الانسان الافريقي عموما وخصوصا منهم اللاعبون المحليون.

الدرس واضح وهو عبرة لمن يعتبر.

الهزيمة

الكل , هذه ألأيام يتحدث عن مشاركتنا الباهتة في كأس افريقيا للأمم 2012. ونفس أولائك الذين زمروا وطبلوا ونفخوا في ( أسد الأطلس) بلا حدود عادوا الان ينتقدون ويصرخون. هؤلاء يأكلون مع الذئب وينتحبون مع الراعي. وكل كلامهم لا يعدو وأن يكون جعجعة بلا طحين ليس إلا. على ان اكثرية الجمهور تنبأ بما وقع لأنه بكل بساطة ألف الانتكاسات المفروضة عليه من قبل اولي الأمر وذلك منذ زمان غير قصير. انه داء مستشري في عروق جسدنا ككل وليس في الرياضة فقط.

في الماضي كانت هناك نتائج مهمة حصل عليها رياضيون كونوا أنفسهم بأنفسهم, أو وجدوا من يكونهم ويصقل مواهبهم خارج الديار. الحقيقة المرة هي أن الرياضة عندنا ليست مهيكلة, لا قانونيا ولا أخلاقيا ولا تنظيميا ولا تربويا, تطغى عليها الارتجالية واللاكفاءة و.  لا بد اذن من هيكلة القطاع برمته بعد تشريح الحالة والوقوف على مكامن الخلل. على أن نقطة البداية هي اعادة الاعتبار للرياضة داخل المنظومة التعليمية أولا لأن المدرسة هي البيئة المناسبة لتلقين مبادئ الرياضة الأولية.

ان واقع الحال يبين أن المنظومة التعليمية لا تعير للتربية البدنية اي اهتمام وتشجع لامبالاة المدرسين اتجاهها. ولا وجود لها إلا على استعمالات الزمن وفي التقارير المزيفة.

فكيف تريدون احراز الألقاب والكؤوس؟

 هي أمنية أكبر من أفواهكم وأعمالكم ان لم نجزم بأنها أكبر من مؤخراتكم…

PATRIOTE

C’était un patriote. Il ne pouvait pas ne pas être un puisqu’il était le notable de toute sa région et aussi son député.

Au matin, alors qu’il dégustait lentement son café dans sa superbe villa au bord de la mer, loin, très loin de sa région, il parcourait les journaux- pour ne pas dire qu’il les lisait car on ne savait pas s’il savait lire ou non. A la fin sa lecture présumées, il se levait et scandait à haute voix :

« A bas la corruption et les corrompus ! A bas la criminalité et les criminels ! A bas la drogue et l’alcool et leurs barons ! Non à la surexploitation des ressources du pays ! » Des propos dont on pourrait dire qu’ils étaient très patriotique.

Parfois, alors qu’il scandait comme d’habitude, son téléphone sonna pour mettre fin à la scène. Il répondait après avoir entendu son interlocuteur :

-          Virez ma part à mon compte en suisse.

Après il se sentait heureux comme un homme qui vient d’accomplir son devoir.

Mais ce qu’il ne savait le pauvre patriote, c’était que touts les téléphones du pays étaient sous écoute !…

CLEMENTINE

Elle était comme une clémentine, douce, sucrée, appétissante, rafraichissante et fascinante. La couleur de sa peau rose déroutait tous les mâles qu’elle croisait. Clémentine rendait tous le derb dingue par son odeur qui se répandait au milieu de toutes les ruelles…

Tous les yeux affamés des hommes s’acharnaient farouchement sur cette créature fraichement sortie du paradis. Pauvre petite Clémentine ! Pourra-t-elle résister devant un tel danger ? Elle, si fragile, si petite, sans défense devant le loup légendaire de la jungle, cela semble impossible.

Tous les yeux rancuniers des femmes du derb, lui lançait des flèches brulantes de haine et de jalousie. Tellement Clémentine était si belle que les autres femmes sont devenues folles.

Clémentine ne prêtait à tous ce ressac violent de sentiments et de tentations aucune attention et envoyait tous le monde se baladait. Elle s’isolait entre ses quatre murs et devenait alors une proie prête à être sacrifiée sur l’autel des désirs les plus pervers de la race humaine. Chaque matin, Clémentine montait dans une voiture noire et ne revenait que la nuit tombé, ivre comme une bourrique.

Un jour une odeur nauséabonde remplissait l’air et l’on découvrait la pauvre Clémentine au milieu de ses déchets en train de pourrir. Seul une espèce de troubadour venait d’arriver le même le jour, affirmait que l’odeur était celle d’une clémentine en train de pourrir, et il le jura sur la tombe de ses valeureux ancêtres.

On enterra Clémentine emportant avec elle ses rêves et ses désirs et depuis ce jour l’odeur de clémentine envahissait tous le monde…

LIBERATION

L’homme, un vieil de soixante-dix ans, ressemblant plus à un épouvantail qu’à un être humain ; recroquevillé sur lui-même, la mine morne tel un mort-vivant, racontait à sa petite fille la saga de ses nombreuses victoires acquises sur le champ de bataille.

Ils étaient assis sous un vieil olivier,  un jour d’été récalcitrant de chaleur et de torpeur. Il lui dévoilait, avec ferveur, son héroïsme qui n’avait pas d’égal. La petite fille- vu son jeune âge- ne semblait pas comprendre, mais prenait  plaisir à entendre  son «Baâzizi » contant ses histoires de baroud fascinantes car, en fait, il savait si bien conter et chanter comme un vrai troubadour de la place El f’na de Marrakech .Après un moment de rêve, elle lui demanda en tombant entre ses larges bras :

Dis-moi Baâzizi chéri pourquoi toutes ses batailles ?

Elle sentit son corps noueux se raidir contre elle et immédiatement il lui répondit :

C’était pour libérer le pays du joug de l’occupation étrangère ma douce colombe.

Ensuite, il embrassa sa filleule tendrement et enchaîna :

Et c’était aussi pour que tu puisses vivre en paix. Tiens ! je vais te montrer mon petit trésor.

Il farfouilla sous sa vieille Djellaba noir, finit par sortir un vieux portefeuille de cuir rouge, l’ouvrit avec précaution et étala devant elle les nombreuses médailles qu’il avait obtenues. Il prenait un air hautain et poursuivit avec véhémence :

Bien des hommes sont morts, bien des femmes aussi, et des enfants ; des centaines, des milliers… Ce sont tous des martyrs ; Moi, j’ai eu ça.

Il lui montra sa jambe de bois puis tomba dans un silence de cimetière. Sa jambe perdue lors d’une explosion de grenade, c’était le prix de la liberté. Après ce silence, ses yeux s’illuminèrent d’une lueur farouche. Il regarda sa filleule et d’un ton sérieux lui dit subitement :

Veux-tu me rendre service ma chérie ?

Avec plaisir Baâzizi. Que veux-tu de moi ?

Tu sais ma chère petite fille j’ai aidé le pays à reprendre sa liberté et sa dignité mais moi je suis encore sous le joug du despotisme. Alors il faudra que tu écrives-pour moi- une lettre de recommandation aux autorités.

La petite ne semblait pas comprendre ce que lui radotait son grand-père ; celui-ci, voyant de l’interrogation chez elle, lui expliquait :

Les autorités doivent m’aider à me libérer du joug de ta satanée grand-mère et de sa langue vénéneuse…

MAISON

Ma grand-mère avait l’habitude de m’avertir, rageusement, à chaque fois que l’on quittait le village, de ne pas regarder les fenêtres de la maison qui venait d’éclore subitement, au milieu des près de vigne, sous prétexte qu’elle appartenait à une sorcière maléfique, qui  s’était accaparée les esprits des hommes pieux et les avait transformés en papillons qu’elle brulait, sadiquement, la nuit tombé.

Mais mon grand-père m’avait répondu, quand je l’avais questionné à ce sujet, souriant, que le secret de la demeure était dans les vignes qui l’entouraient. Des vignes palpitantes de vie. Et aussi dans la magie lancinante de la maison remplie de rossignols dont les chants lui faisaient oubliés les radotages interminables de sa femme, et la laideur des épouvantails terrifiants du village lugubre…

 

TRAITRE

Soudain, il pensa qu’il devrait écrire les histoires vraies des marginalisés et des S.D.F de la ville.« Bonne idée ! » se disait-il, après avoir fermenté l’idée dans le moule de ses méninges.

Il se coucha, d’un sommeil de bébé, en étreignant ses idées et en essayant de percer à jour les souffrances de ces damnés.

A l’aube, Il se réveilla brutalement. Il ouvrit ses yeux et comprit qu’il se trouvait au poste de police, ficelé comme une saucisse. Quand il essaya de comprendre ce qui lui arrivait, on lui répondit : « Tu es accusé de haute trahison ! ».

VIOLON

Le troubadour de la montagne bleue a enfin rendu l’âme à son créateur gisant comme un déchet dans son trou à rat. Il avait vendu toutes  ses affaires afin de payer les frais de ses maladies. Il ne lui resta plus que son violon rouge imbibé par toutes  sortes  de mélodies gracieuses, tristes, joyeuses, et en qui, à elles  seules, s’identifient toute une nation. La vue de son violon, à côté de lui, lui rappelait bien des moments forts de sa misérable vie, et cela lui faisait du bien mieux que les médicaments. Mais il lui fallait quitter le violon et c’est avec de chaudes larmes qu’il conçu de se séparer de son instrument magique. Le violon emporta avec lui toutes les chansons et les accrocha sur les murs  de l’oubli. Après le départ du violon, le troubadour rendit l’âme.

Que nous reste-t-il du  troubadour Moha ?

Rien, sauf les quelques murmures timides et tristes qui continuent à chatouiller nos pauvres âmes séches…

123

Gasparddelanuit |
Percfistsmithun |
De la mer naît le bien-être |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | جمعية الامان لرعاية وتربية ...
| Cryedhwiwewee
| Apdortona