VIOLON

Le troubadour de la montagne bleue a enfin rendu l’âme à son créateur gisant comme un déchet dans son trou à rat. Il avait vendu toutes  ses affaires afin de payer les frais de ses maladies. Il ne lui resta plus que son violon rouge imbibé par toutes  sortes  de mélodies gracieuses, tristes, joyeuses, et en qui, à elles  seules, s’identifient toute une nation. La vue de son violon, à côté de lui, lui rappelait bien des moments forts de sa misérable vie, et cela lui faisait du bien mieux que les médicaments. Mais il lui fallait quitter le violon et c’est avec de chaudes larmes qu’il conçu de se séparer de son instrument magique. Le violon emporta avec lui toutes les chansons et les accrocha sur les murs  de l’oubli. Après le départ du violon, le troubadour rendit l’âme.

Que nous reste-t-il du  troubadour Moha ?

Rien, sauf les quelques murmures timides et tristes qui continuent à chatouiller nos pauvres âmes séches…

 


Répondre

Gasparddelanuit |
Percfistsmithun |
De la mer naît le bien-être |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | جمعية الامان لرعاية وتربية ...
| Cryedhwiwewee
| Apdortona